Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F for Fake (Vérités et mensonges )

25 Décembre 2013, 11:40 Documentaires

(1973, d'Orson Welles)

(1973, d'Orson Welles)

Orson Welles nous reçoit dans son studio de montage, au milieu de ses bobines, pour nous raconter l'histoire du plus célèbre faussaire d'art, Elmyr de Hory, connu pour ses copies parfaites de tableaux de maîtres (Modigliani, entre autres). Hory lui-même racontait comment les marchands d'art, plus menteurs encore que lui, se laissaient prendre à ses copies... puis comment ils revendaient ses tableaux comme des vrais, même s'ils s'apercevaient de la supercherie. Quant au biographe officiel d'Elmyr de Hory, c'était lui aussi -et très logiquement - un vrai faussaire...

Ensuite, Welles digresse : on le voit manger au restaurant La Méditerranée, place de l'Odéon à Paris ; il nous parle de sa carrière, de son fameux faux reportage de 1938 sur l'invasion des Martiens ; il évoque Picasso, la cathédrale de Chartres... Il se demande ce qui restera du monde quand tout aura disparu puis, devant nous - "honnêtes gens et autres" - tire déjà sa révérence.

Film expérimental, dans le genre qu'on associerait peut-être à Godard (intello, interminable et inaccessible), mais en réalité sans aucun hermétisme ni aucune attitude prétentieuse. Montage virtuose, extrêmement rapide, comme un clip (mais avec dix ans d'avance sur MTV), construction à la fois simple et étourdissante, récit trépidant : Welles nous régale de ses talents de prestidigateurs et conteur, comme un grand-père adorable et un peu filou.

F for Fake (Vérités et mensonges )

Welles entraîne son spectateur dans l'univers des illusions, en quête de la vérité du cinéma. Et si l'on s'intéresse à la dernière oeuvre d'un géant comme le père de Citizen Kane, c'est pour voir jusqu'où il est allé dans son art. Or, à voir F For Fake, il est évident que Welles entamait encore une fois une révolution du cinéma, de la manière même de raconter une histoire et de faire un film. C'est pour cela que ce film est un pur bonheur, tour à tour drôle, méditatif et sublime, en somme une oeuvre qui nous montre ce que devrait toujours être le cinéma, et que seuls savent nous offrir les grands génies. 

commentaires

Haut de page