Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Black Dynamite (et autres films de blaxploitation)

26 Janvier 2014, 20:46

(2009, de Scott Sanders)

(2009, de Scott Sanders)

Black Dynamite est un hommage parodique à la Blaxploitation, avec le plus possible de clichés du genre. Tout est tellement fait pour citer les références qu'on ne sait même plus s'il faut le prendre au second degré.

Mais cela tient de toute façon à la qualité des films originaux, qui ont toujours été au mieux médiocres, sans commune mesure avec leur aura d'oeuvres cultes. Par exemple, Coffy (qui a rendu Pam Grier célèbre) est gratuitement violent et très manichéen. Les trois Shaft sont mous et sans talent etc. En fait, le meilleur de ces films a toujours été leurs bandes-originales, souvent excellentes.

 

Black Dynamite peut donc être considéré comme le meilleur film de Blaxploitation de l'histoire, et haut la main ! Il confirme au passage la qualité du travail de l'acteur principal, Michael Jai White, qui maintient un bon standard dans le genre du film d'action.

Le thème principal du deuxième Shaft, Shaft's Big Score de Gordon Parks, est encore meilleur que celui du premier (la célèbre chanson d'Isaac Hayes).

(They Call me MISTER Tibbs!, 1970, de Gordon Douglas). A l'époque, quand un père prenait son gamin à fumer, il en profitait pour lui faire découvrir les barreaux de chaise...

(They Call me MISTER Tibbs!, 1970, de Gordon Douglas). A l'époque, quand un père prenait son gamin à fumer, il en profitait pour lui faire découvrir les barreaux de chaise...

Au sein d'une production souvent décevante, on peut mettre à part deux oeuvres : d'abord, They call me MISTER Tibbs!suite du célèbre In the Heat of the Night, excellent film, dans lequel Sidney Poitier incarne Virgil Tibbs, policier Noir de Philadelphie envoyé dans le sud des Etats-Unis pour une enquête, et qui va se retrouver en butte au racisme ambiant. 

Dans cette suite, Poitier reprend son personnage d'inspecteur : il mène l'enquête dans San Francisco sur le meurtre d'une prostituée, où le principal suspect est un pasteur. Le film est un polar convenable qui, historiquement, peut être pris comme un précurseur du film de blaxploitation. 

(1972, de William Crain)

(1972, de William Crain)

Autre oeuvre tout de même amusante, Blackula (Le vampire noir), sympathique série B, qui sent fréquemment son manque de moyens, mais qui a ce charme auquel on reconnaît les vrais bons nanars. Le prince Mamuwalde est transformé en vampire par Dracula. Il s'endort dans une crypte. En 1972, son cercueil est acheté par un couple de décorateurs d'intérieur gays qui le transportent à Los Angeles. Evidemment, le prince maudit se réveille et commence à semer la terreur dans la ville... 

Il est bien sûr très difficile de prendre ce film au sérieux, mais il fonctionne bien au second degré, ce qui est déjà mieux que la plupart des autres oeuvres du genre. Et quelques moments sont assez hilarants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page