Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infernal Affairs I, II, III

2 Février 2014, 11:14

(2002, d'Andrew Law et Alan Mak)

(2002, d'Andrew Law et Alan Mak)

Hong-Kong : la police contre la mafia. Chaque camp a réussi à placer une taupe chez l'autre à une place privilégiée.

Lorsque les deux partis comprennent qu'ils sont infiltrés, ils engagent une course-poursuite pour découvrir le traître dans leurs rangs.

Un excellent film d'action. Nerveux, musclé, haletant, Infernal Affairs est un classique du genre, qui exploite au maximum la confrontation entre deux hommes que tout oppose, mais qui usent des mêmes méthodes et jouent à être le contraire de ce qu'ils sont.

 

Le remake réalisé par Scorsese, The Departed est supérieur en terme de réalisation et profite d'un casting magnifique (Jack Nicholson en truand déjanté, Di Caprio en jeune prolo enragé, Wahlberg en salaud de flic, Matt Damon trop propre pour être honnête, Alec Baldwin toujours excellent...). Dans l'ensemble, il est sans doute meilleur, mais il n'a pas autant de cette spontanéité ni de cette énergie qui font le charme d'Infernal Affairs.

(2003, d'Andrew Law et Alan Mak)

(2003, d'Andrew Law et Alan Mak)

Infernal Affairs II nous ramène une dizaine d'années en arrière ; le film nous raconte les débuts de la confrontation entre le commissaire et le truand Sam. Chacun place sa taupe chez l'autre, à une époque où la mafia est encore dirigée par le supérieur de Sam.

 

Ce prequel prend intelligemment le contrepied du n°1 : le rythme est lent, l'atmosphère plus épaisse. On prend le temps de discuter, on voit le commissaire et son adversaire déjeuner ensemble etc. L'esthétique se distingue aussi du précédent : le 1 est dans les tons bleus délavés et argentés, celui-ci dans le vert glauque. Le ton est plus mélancolique, comme dans un souvenir douloureux mais teinté de nostalgie.  Une très bonne surprise. 

 

En revanche, Infernal Affairs III (sorti dans la foulée en 2003) est décevant. Le scénario mélange passé et présent, prétexte à mettre à l'écran les quatre acteurs qui jouent les deux héros aux deux époques différentes. C'est un de ces sequels/remakes qui sentent le réchauffé. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page