Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Maigret avec Jean Gabin

15 Mars 2014, 13:24

(Maigret et l'affaire Saint-Fiacre, 1959, de Jean Delannoy)

(Maigret et l'affaire Saint-Fiacre, 1959, de Jean Delannoy)

Jean Gabin a joué trois fois le rôle du commissaire Maigret au cinéma. 

 

Maigret tend un piège (1958, de Jean Delannoy) est la plus réussie des trois adaptations de Simenon. Lors d'un été caniculaire, un tueur sévit dans le Marais, assassinant des jeunes femmes seules. Le commissaire organise pour la presse l'arrestation d'un faux coupable, afin de piquer l'orgueil du vrai tueur et l'obliger à se dévoiler.  

Le film reprend fidèlement l'intrigue du roman et donne vie aux personnages d'une façon très convaincante. Annie Girardot offre une performance marquante, dans son rôle d'épouse infidèle et froide. Madame Maigret est plus sure d'elle et plus bavarde que son alter-ego de roman. Le film restitue surtout parfaitement l'ambiance des rues du 4e arrondissement de l'époque, avec ses marchands, ses livreurs, ses gamins. La scène d'interrogatoire final est un morceau de maître de la part de Gabin et du réalisateur. 

(source : http://www.fumeursdepipe.net/index2.htm)

(source : http://www.fumeursdepipe.net/index2.htm)

Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (1959, de Jean Delannoy) est également une bonne adaptation d'une des plus célèbres enquêtes du commissaire. Au regard des standards modernes de montage, le film est sans doute affreusement lent. Il est néanmoins fidèle au roman : Maigret s'imprègne peu à peu de l'atmosphère de ce château trop grand et trop vide, qu'il a connu autrefois et dont il gardait un souvenir respectueux. Gabin est épaulé par de très bons seconds rôles et domine encore une fois la scène finale. Il y prend même encore plus la vedette que dans le roman. 

 

En revanche, Maigret voit rouge (1963, de Gilles Grangier), adapté du roman Maigret, Lognon et les gangsters (écrit en 1952) est une déception. Là où le roman de Simenon est angoissant (le commissaire se prépare à affronter des gangsters américains qui n'hésitent pas à tirer sur la police), le film frôle parfois la parodie. Les bandits, joués par des acteurs français avec un accent du terroir, ne sont pas crédibles pour un sou. Gabin domine sans se fatiguer le casting et cabotine pour passer le temps. Cette troisième adaptation n'est pas complètement mauvaise mais bien en-dessous des deux autres. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page