Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La trilogie Iron Man

4 Avril 2014, 16:51 Super-héros

(2008, de Jon Favreau)

(2008, de Jon Favreau)

Milliardaire et playboy, génie de la mécanique, ayant fait sa fortune dans la vente d'armes, Tony Stark est fait prisonnier en Afghanistan alors qu'il venait y vendre un nouveau missile. Ses ravisseurs l'enferment dans une grotte. Avec le matériel qu'il a sous la main, il fabrique en secret une super-armure, grâce à laquelle il s'échappe. Il va perfectionner ce modèle pour ses propres besoins et s'attirer des jalousies... 

Un premier film assez superficiel. Le (léger) arrière-plan politique est encore ce qu'il y a de plus intéressant dans cet épisode : Stark est un individualiste complet, qui prône la seule recherche de l'intérêt personnel. Les choses se mettent en place mais Iron Man n'a pas en face de lui un ennemi vraiment à la hauteur. 

(2010, de Jon Favreau)

(2010, de Jon Favreau)

Stark continue à susciter rancoeurs et jalousies. Le Sénat américain veut s'approprier son armure, pour des raisons de défense nationale. De plus, le fils d'un ancien associé de Stark père, veut se venger de notre héros pour faire payer la ruine de propre son père. Et pour ne rien arranger, le réacteur cardiaque qui maintient le milliardaire en vie est en train de l'empoisonner petit à petit...

Un deuxième épisode plus intéressant, grâce à une réalisation plus élaborée. Très bonne performance de Mickey Rourke (même si son personnage ne met jamais vraiment en danger le héros). Des scènes d'actions plaisantes.

Cet épisode introduit de plus des personnages qui vont faire le lien avec les autres films de la franchise Marvel : la Veuve Noire et Nick Fury. On voit petit à petit se mettre en place tout un univers, qui se développera d'un film à l'autre.

(2013, de Shane Black)

(2013, de Shane Black)

Tony Stark est la cible du Mandarin, terroriste qui a juré de détruire Stark Inc. et le monde libre...

Il est rare qu'une franchise maintienne une qualité acceptable jusqu'à son troisième épisode. Ce Iron Man 3 fait un peu exception à la règle, malgré quelques défauts criants dans le scénario. [spoiler] S'il est capable à la fin de détruire ses ennemis grâce à toutes ses armures volantes, pourquoi ne le fait-il pas dès le début ?... L'intrigue est elle-même hyper convenue : la chute du héros et son retour en grâce. Preuve s'il en est qu'on peut faire un milliard de dollars de recettes avec une histoire racontée mille fois... Au fond, un défaut auquel un n°3 n'échappe jamais vraiment, c'est la surenchère : trop d'ennemis dans Spiderman 3, trop d'histoires entremêlées dans The Dark Knight Rises, trop d'armures dans ce Iron Man 3 etc.

Pour les bons côtés du film, le personnage du Mandarin est traité de façon originale : dans les comics, c'est un dignitaire chinois, cruel et despotique. Les scénaristes ont eu la bonne idée de le "moderniser" pour en faire un pseudo-Ben Laden -très bien joué par Ben Kingsley. (Il existe d'ailleurs une version de ce film pour le marché chinois, avec des scènes ajoutées pour plaire dans l'Empire du milieu : raison supplémentaire de ne pas représenter le méchant tel qu'il était à l'origine...).

 

Au final, cette trilogie d'Iron Man n'est pas désagréable du tout. Elle manque juste d'envergure. Au fond, tout tourne autour de la personnalité du héros, jalousé et adulé à la fois comme milliardaire et comme homme volant. Tony Stark est typiquement un narcisse moderne : obsédé par son image, capricieux, peu capable d'ouverture aux autres, il joue tout le temps du second degré pour masquer son malaise et son insécurité. Son parcours est une success story digne de la philosophie hyper-individualiste d'Ayn Rand... Par rapport à Batman (héros sombre et torturé) ou même Captain America nouvelle version (héros transplanté dans une époque qui n'est pas la sienne), Iron Man reste toutefois un personnage assez surfait.

 

commentaires

Haut de page