Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Star Wars, Episode I : The Phantom Menace

7 Juillet 2014, 11:17

(1999, de George Lucas)

(1999, de George Lucas)

La fédération du Commerce a établi un blocus contre la planète Naboo. Deux chevaliers Jedi sont envoyés pour négocier, mais ils ignorent que les dirigeants de la fédération sont aux ordres du seigneur des Sith, Darth Sidious...

 

Tant attendu, précédé d'une bande-annonce qui faisait baver d'envie, ce premier épisode de la nouvelle trilogie fut une énorme déception. Le scénario est creux au possible, délayant l'histoire sur deux heures, multipliant les aberrations et les ratés. Dès le début, les puissants Jedi reculent face à quelques droïds et s'enfuient lamentablement. Ensuite, Qui-Gon Jinn fait l'erreur de sa vie, qui va littéralement précipiter la galaxie dans le chaos : il sauve la vie de Jar-Jar Binks (voir l'épisode II pour comprendre les implications tragiques de ce geste)... Le peuple de batraciens humanoïdes est ridicule. Toute la partie sur Tatooine est amenée artificiellement (les deux Jedi refusent de demander de l'aide pour qu'on les ramène chez eux). La course de pod est filmée platement. L'intrigue autour de la princesse et de sa sosie n'est pas bien amenée non plus. Qui plus est, il n'y a pas de direction d'acteurs. Lucas ne s'est tout simplement pas occupé d'eux...  

 

La seule chose qui rattrape le film est le duel final, extrêmement bien chorégraphiée et mis en scène, mais malheureusement montré en alternance avec une bataille terrestre ridicule (le peuple de Jar-Jar contre les droïds de la fédération -on se croirait plutôt dans Toy Story) et une bataille spatiale qui ressemble à une partie de jeu vidéo jouée par Anakin. Quand on la compare à l'incroyable bataille finale de l'épisode IV sur l'étoile de la mort, on est consternés. En somme, tout dans ce film fait mauvais parc d'attraction, ambiance de magasin de jouets. N'oublions pas que Georges Lucas a fait sa fortune moins sur les films que sur la vente de produits dérivés...

Parfois, je me dis que Lucas a voulu faire un film sur l'enfance, donc dans une ambiance infantine (tonton Georges a toujours des idées simples), mais même cela n'est pas convaincant.

Un ratage affligeant.

Liam Neeson est particulièrement terne. 

commentaires

Haut de page