Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Apocalypse Now

26 Février 2016, 11:13

(1976, de Francis Ford Coppola)

(1976, de Francis Ford Coppola)

Pendant la guerre du Vietnam, le capitaine Willard reçoit l'ordre de retrouver et d'exécuter le colonel Kurtz, un déserteur qui s'est réfugié à la frontière du Cambodge et y a monté sa propre armée..

 

Dans la nouvelle de Jospeh Conrad, Au coeur des ténèbres, le héros doit remonter le fleuve Congo, à la recherche de M. Kurtz, ancien directeur d'un comptoir qui a disparu parmi les sauvages. Métaphoriquement, la remontée du fleuve est une remontée dans le temps, vers les origines obscures de l'homme, vers la sauvagerie primitive. Ce thème essentiel est repris par Coppola, qui organise ce voyage comme un départ progressif loin de la civilisation, elle-même en plein délire de violence. C'est un voyage au bout de la folie, ce dont rend compte le montage elliptique de la dernière séquence : tous les repères qui font l'humanité civilisée ont sauté, et il ne reste plus que la sauvagerie, la cruauté sans bornes propagée par un gourou élevé au rang d'idole.

Mais contrairement par exemple à Voyage au bout de l'enfer de Cimino, Apocalypse Now n'est pas une oeuvre réaliste sur la guerre : le Vietnam est ici plutôt le décor de cet opéra baroque et démesuré. Il est cependant étonnant de voir que certaines des meilleures séquences sont réussies avec très peu de moyens : avec de la brume, Coppola réussit à créer une ambiance fantastique : la confrontation avec Kurtz se fait quasiment dans l'obscurité (on connaît aussi à quelles contraintes le réalisateur a dû se plier : Marlon Brando était obèse et ne connaissait pas son texte..). Apocalypse Now est bien un film sur les ténèbres de l'esprit d'où naît la barbarie sanguinaire, symbolisée par ce grand soleil crépusculaire, sorte de divinité du feu qui domine le décor de la jungle, et devant lequel passent les hélicoptères noirs comme des oiseaux de mort. 

commentaires

Haut de page