Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Casino

23 Septembre 2015, 10:43 Neon City

(1995, de Martin Scorsese)

(1995, de Martin Scorsese)

Un truand, Sam Rothstein, est chargé par la mafie de prendre la tête d'un des plus grands casinos de Las Vegas, le Tangiers. Surdoué des affaires, Rothstein en fait rapidement un des établissements les plus rentables de la ville. Ce serait donc le paradis pour lui, s'il n'y avait son ami d'enfance, Nicky Santoro, un petit teigneux porté sur la violence gratuite ; et la belle et dangereuse Ginger dont il va s'éprendre aveuglément. Inexorablement emporté dans un tourbillon de strass, de violence et d'excès, Rothstein va découvrir que Las Vegas est un enfer scintillant... 

 

Scorsese est un romancier du cinéma : on peut dévorer ses films comme des grands chefs-d'oeuvre de la littérature. Je me souviens avoir commencé Casino vers une heure du matin, en me disant que je regarderai juste le début. Cela n'a pas raté, je n'ai pas pu m'arrêter avant la fin, tant j'étais emporté dans l'histoire -alors même, et c'est le génie de Scorsese, qu'il n'y a pas réellement d'intrigue, juste une chronique de la vie de quelques personnages. Mais ceux-ci nous fascinent par leur démesure.

 

Il est tout à fait juste de dire que Casino est comme "Les Affranchis à Las Vegas". De Niro et Joe Pesci forment pratiquement le même couple : l'un qui est pro jusqu'au bout des ongles et l'autre qui est un psychopathe ingérable. Un parfait couple d'opposés qui symbolise tout ce que sont les truands : des hommes d'affaires avec du sang sur les mains.

Scorsese bâtit un palais des merveilles qui est plutôt un lupanar de tous les vices, et une antichambre de l'enfer, où, selon l'impitoyable comptabilité catholique des mérites et des fautes, tout se payera à la fin. Comme le disait Scorsese dans une interview pour l'Express :

 

"Le film se déroule sur un ring...
Oui, puisqu'on ne quitte jamais le casino ou la chambre à coucher. Je dirais même: un ring biblique. On y évoque le paradis, les flammes, le purgatoire, à la façon d'une métaphore de la conscience qui pourrait rattraper les personnages"

commentaires

Haut de page