Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mary Poppins

26 Décembre 2015, 11:46

(1965, de Robert Stevenson)

(1965, de Robert Stevenson)

A bout de patience, la nounou de la famille Banks vient de rendr­­­e son tablier. Il faut donc d’urgence lui trouver une remplaçante pour s’occuper des deux enfants, jamais à court d’idées quand il s’agit de faire des bêtises. Arrive alors sur son petit nuage Mary Poppins, qui a plus d’un tour (et d’un lampadaire !) dans son sac pour éduquer les enfants et leur faire passer des moments merveilleux...

Comédie kitsch mais indémodable, à l'humour absurde qui rappelle Lewis Carroll (comme dans la scène de folle hilarité autour du thé), inoubliable pour ses situations burlesques (le coup de canon de l’amiral qui fait trembler la maison, la tempête qui chasse les nounous) en même temps que son réalisme poétique (la Londres de carte postale avec ses banquiers qui font du cerf-volant). Un condensé de drôlerie et de féérie.

Les mauvais esprits du site Cracked y voient pour leur part l’histoire d’un trip aux métamphétamines, avec Bert l’homme-orchestre en dealer et Mary Poppins en consommatrice accro, sujette à des crise d’euphories et de « redescentes » !... Certes, on pourrait dans la même veine se demander ce qu’a pris la pauvre héroïne du Magicien d’Oz pour croire qu’elle parle à un épouvantail, un lion et un homme en fer. Ou encore spéculer sur l’abus de substances toxiques consommées par Alice ou Peter Pan… Mais cela prouverait plutôt que les adultes sont obligés de prendre des drogues dures pour revivre ce que les enfants sont capables d’imaginer naturellement et sans efforts. Et Mary restera à jamais légère et gracieuse...

commentaires

Haut de page