Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Star Wars Episode VII: The Force Awakens (Le Réveil de la Force)

19 Décembre 2015, 10:32

 

AVERTISSEMENT : 

 

J'ai évité au maximum de révéler l'intrigue, et j'ai signalé des passages de spoiler en les mettant en blanc, comme je fais d'habitude. Mais si vous êtes vraiment super fans de Star Wars, ne lisez pas ce billet avant d'avoir vu le film. 

(2015, de J.J. Abrams)

(2015, de J.J. Abrams)

Une trentaine d'années après la mort de Palpatine et Vader, les héritiers de l'Empire ont fondé un nouveau régime, le Premier Ordre et sont en lutte contre la Résistance menée par la générale Leïa Organa... 

 

J.J.Abrams est l'homme qui vit le rêve de millions (milliards ?) de fans à travers le monde : réaliser un épisode de la saga après avoir grandi avec elle. C'est indéniablement un film par un fan et pour les fans. De ce fait, cet épisode VII apporte peu de nouveautés, mais néanmoins beaucoup de plaisir.

En ce qui concerne l'esthétique, J.J. Abrams tourne le dos à la dernière trilogie : il revient à des décors naturels et à l'utilisation de maquettes "en durs" : finis les fonds verts et le vomi multicolore d'effets spéciaux dont Georges Lucas a usés et abusés dans les épisodes I, II et III. 

Sur la mise en scène, le réalisateur connaît ses références : j'ai vu une certaine influence des films de sabres japonais dans les combats, ce qui est bien normal puisque c'était déjà une influence pour George Lucas. Le duel dans la forêt enneigée évoquerait l'affrontement haletant dans Rashōmon et le combat dans les ruines boueuses du village rappelle un peu les Sept samouraïs (ou la fin de 13 assassins de Takashi Miike)J.J. Abrams a parfaitement retrouvé l'esprit de la franchise, et même mieux que Lucas lui-même ; plus "lucasien" que Lucas, un comble !

 

La vérité est que le réalisateur nous offre du fan-service en veux-tu-en-voilà : à ce compte-là, ce ne sont plus des clins d'oeil aux épisodes IV, V, VI, c'est du remix, du remake, du reboot ! Mais bien fait... Abrams est avant tout un admirateur et il sait ce qui fait plaisir au public. Il a fait la version 2015 d'Un nouvel espoir. Mais il a intelligemment réussi à nous montrer les choses sous un angle différent : ainsi, l'utilisation d'un Tie-Fighter par un rebelle ; voir Han utiliser l'arbalète-laser de Chewbacca... Des désirs de geeks qui deviennent réalité !

Le plus gros élément de fan-service reste tout de même Han Solo, vieilli mais toujours fringant, qui va faire la démonstration de tous ses talents, comme au temps de sa jeunesse : baratiner des mafieux, flinguer des troopers, piloter dans des conditions insensées, et même encore un peu plus... On ne peut pas dire qu'il écrase les nouveaux personnages (Finn et Rey) : au contraire, il les met en valeur, mais c'est vraiment lui la vedette du film. 

 

 

Star Wars Episode VII: The Force Awakens (Le Réveil de la Force)

Grâce à cet épisode 7 et après Star Trek, Abrams fait à nouveau la preuve de son talent. Nouveauté la plus intéressante à mes yeux : sa façon de privilégier les plans en vue subjective, ce qui est inhabituel pour un space-opera, en nous mettant directement au coeur des combats terrestres et des batailles spatiales. Il y a comme cela plusieurs scènes très réussies : la poursuite tourbillonnante du Faucon Millénium au milieu de la carcasse du destroyer stellaire, l'attaque de la station du Premier Ordre aux proportions spectaculaires etc. C'est du réchauffé, mais du réchauffé savoureux, et c'est un peu le résumé de tout le film. Il était évident que ce serait la stratégie d'Abrams et de Disney pour relancer la franchise : pas de prise de risques, mais pas de faux pas. On ne peut pas trop s'en plaindre à mon avis, mais on peut espérer que les deux épisodes à venir oseront plus la nouveauté et l'inattendu. 

Si j'ai quelques réserves, c'est au sujet [spoiler] des méchants :  le capitaine Phasma est peu exploité, par rapport à ce qu'on pouvait attendre en l'ayant vu dans la bande-annonce. Mais on le verra certainement plus dans le prochain. Le leader du Premier ordre, Snoke, est intrigant mais pas si effrayant : il ressemble au fils naturel de Voldemort et de Gollum, ce qui n'est pas vraiment impressionnant... Son nom même ne fait pas tellement peur. En disant "Snoke", je pense plutôt à un contrebandier extraterrestre fréquenté par Han à la cantina de Mos Esley, ou au bar de Maz Kanata. Enfin, je trouve que Kylo Ren retire un peu vite son masque, dès l'interrogatoire de Rey. Il aurait peut-être été mieux qu'il ne se dévoile que dans la scène de la passerelle au-dessus du vide.

J.J. Abrams retrouve aussi -et c'est une qualité vraiment appréciable- l'humour qui manquait trop aux derniers épisodes. J'ai vraiment ri à cette scène, où le Jedi noir, Kylo Ren, en proie à un accès de rage incontrôlable, se met à tout détruire dans une cellule de la station à coup de sabre-laser, et appelle les gardes. Deux stormtroopers arrivent, l'entendent et choisissent prudemment de... tourner les talons !... Si la discipline ne règne plus, où allons-nous ?...

A noter que la tradition est par contre respectée sur un point essentiel : les troopers ne savent toujours pas viser. Le design de leurs armures a évolué, mais ils manqueraient toujours un Bantha dans un couloir.

Enfin, j'ai beaucoup aimé la dernière scène, [spoiler] les retrouvailles tant attendues avec Luke Skywalker, devenu à son tour un Obiwan-Kenobi en exil, roi Arthur déchu, méditant au sommet de son île d'ardoise aux herbes battues par les flots, vieil homme au visage salé par l'air marin, mais dont l'âge n'a pas terni le regard... Shakespearien en diable...

C'est donc un nouveau départ pour la franchise, qui est désormais sortie du marasme. Cet épisode nous met directement au coeur de l'action, sans trop prendre le temps de poser le décor, à l'instar de l'épisode IV. Espérons que le prochain, en écho au V, parvienne à retrouver pleinement la dimension épique qui a fait la légende de Star Wars.

commentaires

Shinketsushuu 19/12/2015 16:08

Pour avoir attendu ce film, je pense que sa valeur sera mesurable à la lumière de ce que sera la trilogie.
Il est avant d'être le commencement d'une nouvelle trilogie, l'aboutissement de la fin d'une autre, c'est ce qui lui donne cette dimension mitigée.
J'ai vraiment apprécié le film à partir de la rencontre entre Rey et Kylo Ren et surtout à partir de la scène de la passerelle.
Je pense que la dimension remake de ce film fait sens à partir du moment où on le compare à la situation à la position et à l'ambition de Kylo Ren, mais je crois que c'est à travers ses différences avec Vader et quelques part ses point communs avec Anakin que le film s'émancipe de son modèle.
Toute la dernière partie promet un épisode VIII superbe et original, j'espère que les scénaristes tiendront ses promesses.

Haut de page