Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Angel Face (Un si doux visage)

par rahsaan 5 Octobre 2015, 10:24

(1952, d'Otto Preminger)

(1952, d'Otto Preminger)

Frank, ambulancier, est appelé en urgence dans une maison des hauteurs de Los Angeles, où une femme a failli suffoquer après une fuite de gaz. Elle s’en sortira, sans qu’on sache s’il n’y a pas derrière cela une tentative de suicide… ou de meurtre.

En descendant au salon, Frank voit la jeune fille de la maison, qui joue un air envoûtant au piano. Il ne tarde pas à tomber fou amoureux d’elle, alors même qu’il soupçonne qu’il se cache bien des choses derrière ce visage d’ange à la peau veloutée et aux yeux noirs…

 

Quelle réussite de la part de Preminger, que ce film noir si noir, si simple et si émouvant ! Comme le dit Erick Maurel dans sa très belle critique, Angel Face est un "film splendide mais qui ne m’a été facile d’apprécier à la première vision à cause d’une des caractéristiques récurrentes du cinéma de Preminger à l’époque, une certaine froideur clinique ; froideur en apparence puisque, comme chez tous les grands cinéastes, froideur qui recèle en fait un romantisme profond, le feu qui couve sous la glace en quelque sorte."

Le plus surprenant est que l’héroïne, tout à sa folie, n’est pourtant pas une de ces garces de films noirs qui sont encore froidement calculatrices dans leurs projets criminels. Ici, l’héroïne est sincèrement amoureuse et c’est ce qui la rend émouvante, bien que cet amour soit empoisonné. Sans tellement le vouloir, elle ensorcèle les gens mais elle est la première victime de « that old black magic called love » (Billie Holiday). Son regard noir est d’une profondeur où sont tapis autant l’amour que la folie. De même, sous ses airs de brave type un peu lourd, Frank est tout à fait lucide sur ce qu’il vit. On peut alors se demander par quelle fatalité il se laisse néanmoins entraîner dans cet amour mortel. Pour ma part, je pense qu’il sait très bien dans quel piège il se jette et qu’il trouve plus beau de vivre totalement son amour. Il y a chez lui un mélange de résignation, de désespoir et de consentement à la tragédie qui l’attend. Peut-être aussi veut-il encore se faire des illusions sur ses chances de bonheur.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page