Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Inglourious Basterds

20 Juin 2016, 09:02

(2009, de Quentin Tarantino)

(2009, de Quentin Tarantino)

En France sous l'Occupation, les histoires croisées un officier SS chasseur de juifs, d'une victime rescapée de la traque de ce dernier, et d'un commando d'Américains spécialisés dans le scalp de nazis...

 

C'est peu dire que Tarantino, s'inspirant une fois de plus d'un genre de série B des années 70, a réalisé un film de nazisploitation. Avec son commando de "basterds" qui se veulent encore plus cruels et terrorisants que les soldats fanatiques d'Hitler, il parvient habilement à mêler le réalisme historique le plus froid, dans la scène d'interrogatoire d'ouverture, au loufoque le plus grotesque à mesure qu'on approche de la fin. Notons que les acteurs sont dans l'ensemble rien de moins qu'excellents : Christopher Waltz en SS souriant est parfait, Brad Pitt en plouc sorti de son territoire d'Apache également. Outre la scène d'ouverture, la scène du café, où les basterds jouent à "devine qui je suis" avec des officiers allemands, parvient à prendre à la gorge comme rarement.

 

Tarantino a indéniablement du talent pour nous montrer les deux facettes de la barbarie : son côté civilisé, hypocrite et la réalité de sa violence aveugle et abjecte. Mais ici, au bout du compte, il n'y a plus vraiment de bons ni de méchants, plus même réellement de bien ni de mal. Tarantino cède à cette tentation de tout confondre dans les extrêmes, les bourreaux et leurs victimes qui deviennent à leur tour des bourreaux. Tout cela pour faire du spectacle, pour bien s'amuser d'une grosse farce, comme s'il était loisible de confondre tout et son contraire, et de renvoyer les opposés à la même barbarie indistincte. A la limite, c'est ce que tendrait à faire Melville dans L'armée des ombres, mais de manière ô combien plus convaincante, et effrayante. Le problème de Tarantino est un peu qu'il voudrait à la fois faire le guignol et être pris au sérieux, mais qu'à la fin, c'est tout de même le côté grand-guignol qui l'emporte, parce qu'on a l'impression qu'il ne ressent pas grand'chose de ce qu'il montre.

Inglourious Basterds

Et c'est personnellement cette insensibilité profonde qui m'a toujours profondément rebuté chez Tarantino, voire écoeuré. Je peux reconnaître son talent sans du tout aimer l'univers, qui à vrai dire m'évoque celui d'un psychopathe. A ma connaissance, le seul de ses personnages qui ait un peu d'humanité est celui de Jackie Brown. Pour le reste, ses films ne me paraissent peuplés que d'une galerie de cinglés incapables d'émotions humaines basiques.

 

On admire généralement chez lui ces scènes de dialogue "gratuites", qui ne font en rien avancer l'histoire. Mais c'est qu'on oublie que tout chez lui est de toute façon gratuit et absolument idiot (exception faite, sans doute, de Jackie Brown). C'est évidemment le cas dans Kill Bill, où tout n'est prétexte qu'à des meurtres par fusillade ou décapitation, ou même dans Pulp Fiction, un film sans doute virtuose mais surgonflé -comme beaucoup de films racontés de façon non-linéaire (comme 21 grammes d'Iñárritu ou Collision de Paul Haggis). Ou alors, il faut m'expliquer l'intérêt de cette scène d'Inglorious Basterds où "l'Ours juif" éclate à la batte de baseball la tête d'un soldat allemand mort de peur. Qu'est-ce que cela montre, sinon que Tarantino recherche fondamentalement la jubilation dans la violence abjecte ?... Et qu'il doit en faire des tonnes pour maquiller la gratuité complète de ses scénarios, qu'il doit souligner chacun de ses effets, chacun de ses plans, toutes ses idées "décalées" et surprenantes, jusqu'à fatiguer son spectateur comme s'il était derrière son épaule à lui commenter chaque plan en lui demandant s'il ne trouve pas ça absolument génial...

 

Inglorious Basterds est globalement un très bon film, mais j'avoue qu'après l'avoir vu, j'ai senti que j'avais ma dose de sadisme pour au moins dix ans. C'est pourquoi j'ai passé mon tour pour les deux suivants, Django Unchained et The Hateful Eight.

commentaires

Tietie007 24/06/2016 21:06

Je n'ai pas aimé du tout ce film alors que je suis plutôt fan de Tarantino.

Haut de page