Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Minority Report

25 Octobre 2016, 09:31

(2002, de Steven Spielberg)

(2002, de Steven Spielberg)

2054 : la police de Washington a recours a trois individus, les "précogs", capables de prévoir l'avenir. Les agents peuvent alors intervenir sur la scène du crime juste avant qu'il ne soit commis. Grâce à cette brigade du "précrime", toute violence a disparu dans la ville. Un jour, l'agent Anderton reçoit une nouvelle prévision : c'est lui-même qui va commettre un meurtre d'ici 36 heures, sur quelqu'un qu'il ne connaît pas. Anderton a juste le temps de s'échapper avant que ses collègues ne se lancent à sa poursuite...

 

Minority Report est l'une des excellentes réalisations de Spielberg. Il est toujours rassurant pour un cinéphile de penser à une oeuvre réussie à tous les niveaux, qu'on peut aimer sans restriction et sans arrière-pensée et ce film-ci en fait indubitablement partie. En star de film d'action, Tom Cruise est toujours au meilleur de sa forme. L'histoire est à la fois complexe, dans le genre "le crime était (presque) parfait" et intègre intelligemment une technologie d'anticipation pour rejouer une intrigue antique. Le scénario reprend en effet le procédé d'ironie de la tragédie classique : c'est en voulant éviter la tragédie qu'on la provoque. Et chercher à l'empêcher était en fait le seul moyen pour qu'elle se produise. Tout cela est très intelligemment manigancé et n'entrave aucunement l'action, qui reste toujours très fluide, ce qui montre une fois de plus le talent de conteur de Spielberg. 

Mais pour une oeuvre hollywoodienne, il est impensable que la fatalité ait le dernier mot. Aux Etats-Unis, la liberté triomphe du destin, l'individu seul l'emporte contre le système corrompu ; l'exemple canonique étant Monsieur Smith au Sénat (1939), mais on peut penser à d'innombrables autres exemples, comme La Firme de Sidney Pollack, avec Tom Cruise (1993) etc. Ce qui constitue pour moi le seul point faible du film : il fallait absolument un happy end, et ça c'est une règle à laquelle on déroge difficilement à Hollywood. De là à parler d'une fatalité...

Le film a popularisé les écrans tactiles dont on peut déplacer les images et les systèmes de profilage commerciaux. A l'ère des Big Datas et de la surveillance de Gmail par la NSA, on n'a plus rien à envier à l'univers du film !

commentaires

Tietie007 16/11/2016 19:35

Le film qi m'a réconcilié, un peu, avec Tom Cruise.

Haut de page