Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Star Wars: Episode V – The Empire Strikes Back (L'Empire contre-attaque)

26 Avril 2017, 21:16

Star Wars: Episode V – The Empire Strikes Back (L'Empire contre-attaque)

Après la destruction de l'Etoile de la Mort, Darth Vader traque des lebelles en envoyant des sondes à travers toute la galaxie. Il parvient à localiser Luke Skywalker et ses amis sur une planète glacée, Hoth... 

 

L'épisode V reste le meilleur de la saga, juste devant l'épisode IV et Rogue One. Le meilleur d'abord parce que les méchants gagnent tout du long, traquant inlassablement les rebelles à travers la galaxie, dans une course-poursuite qui dure finalement du début à la fin du film, et où les héros se retrouvent impuissants tant face aux moyens démesurés de l'Empire, des marcheurs aux vaisseaux de guerre, qui vont acculer Han Solo et Luke dans le piège préparé par Vader. 

Et c'est avant tout le meilleur grâce à lui, Darth Vader : Luke était le héros d'Un Nouvel espoir (c'est bien de lui que parle le titre après tout), mais ici, c'est véritablement Vader qui contre-attaque ! Depuis le premier plan, où on l'aperçoit de dos dans son armure noire scintillante, respirant lentement devant la baie qui donne sur l'espace, on sent qu'il est passé de méchant parmi d'autres à antagoniste de légende. Il impressionnerait déjà en ennemi implacable, mais son personnage prend toute sa dimension quand on revoit le film et qu'on réalise que cet épisode V nous raconte la quête désespérée d'un père pour retrouver son fils, et pour réparer ses propres erreurs.

 

Le nouvel espoir était donc aussi celui de Vader, de trouver enfin quelqu'un pour le délivrer de l'emprise toute-puissante de l'Empereur. Mais l'épisode VI nous racontera ensuite comment Vader est lui-même pris dans le piège conçu par l'Empereur : échouer à convertir Luke et devoir le tuer ou réussir et mourir de sa main. Mais dans l'épisode VI, seule la scène finale sur la seconde Etoile de la Mort est vraiment dramatique, tandis que la tension est maintenu dans cet épisode d'un bout à l'autre. C'est pourquoi je pense que je me souviendrai toujours de la première fois que j'ai vu la scène où Vader révèle à Luke qu'il est son fils (je devais avoir 8 ou 9 ans, guère plus) et du choc, presque de l'effroi, de voir coïncider d'un coup l'image rassurante du père et celle de ce tueur robotisé. Cette coïncidence soudaine des contraires est vraiment le coup de génie de Lucas (qu'à mon avis, il n'avait pas encore du tout imaginé au moment du IV) et rend par ce choc le film inoubliable. 

Mais quoi que j'ai beaucoup insisté sur la façon impitoyable dont l'intrigue se noue, il est vrai que ce n'est pas encore ce qui fascine le plus dans L'Empire contre-attaque, mais peut-être la grandeur des scènes qui nous sont offertes, le rythme auquel elle se succède et leur variété. Mais une fois encore, je préfère citer Roger Ebert, qui voit toujours juste, dans l'ensemble comme dans les détails : 

We are on a quest, on a journey, on a mythological expedition. The story elements in the ``Star Wars'' trilogy are as deep and universal as storytelling itself. Watching these movies, we're in a receptive state like that of a child--our eyes and ears are open, we're paying attention, and we are amazed.

Roger Ebert

commentaires

Haut de page