Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[JV] Disco Elysium

30 Mai 2021, 22:11 Jeux vidéos

(2019, de  ZA/UM)

(2019, de ZA/UM)

Dans les jeux vidéos d'enquête point and click, il y a souvent un moment où on se retrouve bloqué : impossible de trouver où aller, que faire, quels objets utiliser ensemble pour continuer l'aventure. Cela ne date pas d'hier. Dans le génial Woodruff and The Schnibble of Azimuth (1994, avec la voix de Claude Piéplu en intro !), j'ai longuement bloqué au moment où le héros déprime dans l'asile de fous. Dans le non moins excellent et non moins farfelu Sam & Max - Hit The Road (1993), il y avait aussi une combinaison tordue autour de la plus grosse pelote de laine du monde. En cette époque préhistorique d'avant Internet, on pouvait aller chercher la solution dans le dernier Génération 4.

 

Mais ces moments n'arrivaient généralement qu'aux deux-tiers de l'aventure. Dans Disco Elysium, c'est dès le début que je me suis retrouvé bloqué avec un ami. Le héros est un policier qui se réveille d'une cuite monumentale, en ayant à peu près tout oublié de sa vie. Il est une chambre miteuse, dans un hôtel miteux, dans un quartier miteux. Dans l'arrière-cour, un pendu. Au bout de deux heures de jeu, à tourner sur trois ou quatre lieux proches, il n'était toujours pas décroché. S'ajoute à cela que le jeu est bavard mais bavard ! Ce n'est plus un jeu, c'est un roman illustré... Et si encore les textes étaient tous intéressants. Mais ce sont des kilomètres de colonnes de texte qui ne sont que du remplissage... On peut entrer dans une librairie, parler à la patronne, qui ne nous apprend rien sur ce qui s'est passé. On peut même feuilleter les livres en rayons, dont toute une série de pseudos Conan le Barbare. Ce qui là encore ne fait pas avancer le schmilblick. 

 

Le jeu propose tout un système de compétences à choisir et à augmenter. Mais concrètement, cela signifie que si on veut sauter d'un toit à un autre (pas le saut de la mort, à peine plus d'un mètre), il faut réussir un jet aléatoire. Si on rate, on n'arrive pas à sauter. Et donc il faut... attendre pour réessayer. 

On peut aller parler au patron des dockers en grève, mais une mauvaise réplique peut mettre fin à l'aventure. S'ajoute à cela un collègue flic, asiatique, qui ne nous est pas d'une grande aide, ni sur l'enquête ni pour nous dire qui on est ! 

 

Les critiques dithyrambiques qu'on lit sur le jeu m'ont paru invraisemblables. Qui a envie de lire des murs de textes, de passer des heures à explorer un univers aussi terne ? Même au second degré, cela ne passe pas. Le pendu attendra encore longtemps que je parvienne à le décrocher... 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page