Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Dark Knight Rises

26 Novembre 2013, 16:45

(2012, de Christopher Nolan)

(2012, de Christopher Nolan)

Reclus dans son manoir depuis huit ans, Bruce Wayne ne se remet pas des évènements tragiques ayant entouré la mort du procureur Harvey Dent. C'est le vol du collier de sa mère par une habile cambrioleuse qui le décide à sortir de son isolement. Et quand le terroriste Bane arrive à Gotham City, Wayne décide de faire renaître Batman...


L'attrait du film vient indéniablement des acteurs. Nolan a toujours su très bien s'entourer, il le montre une fois de plus. Tom Hardy a su transcender le personnage Bane -sans doute préparé à cela par son rôle dans Bronson. Visiblement, il a été très inspiré par Darth Vader : haute stature, voix mécanique, habitude d'étrangler les gens, tout y est...

Michael Caine est impeccable comme à l'habitude. Enfin, c’est Anne Hathaway qui est la très bonne surprise de ce casting : elle en impose physiquement et émotionnellement, campant une Catwoman très convaincante.

Mention spéciale au personnage du « juge » - on sent que l’acteur se fait plaisir dans sa trop courte apparition. 

 

Quant au scénario, il est surchargé, obligeant le film à suivre un rythme trépidant pour tout boucler à la fin. Nolan essaie de faire tenir ensemble plusieurs intrigues qui auraient mérité un film chacune (ou bien un gros film de quatre heures) : un milliardaire enfermé chez lui, un jeune flic désabusé, une voleuse en révolte contre la société etc. Résultat, aucune de ces histoires n'est suffisamment développée, surtout celle sur le "compte à rebours", montée à la hache, alors qu'elle constitue le suspens principal du film. Et toute l'intrigue autour du personnage de Marion Cotillard est de trop. Si elle avait été coupée au montage, la fin y aurait grandement gagné...

Les dialogues sont bons dans l'ensemble, mais trop écrits pour faire naturels. Pour ce qui est de la réalisation proprement dite, Nolan a vraiment tout donné. Son talent est  une fois encore indéniable : les poursuites nocturnes du début livrent la quintessence de l’univers de Batman. Dans la deuxième partie, la description de Gotham en proie au chaos est captivante (mais trop rapide, hélas). On sent que le réalisateur a voulu faire plaisir autant à ceux qui aiment le côté "comics" de Batman Begins, qu'aux tenants du réalisme noir de The Dark Knight -grand écart sans doute irréalisable. La Gotham qui nous est présentée n'a plus rien de la métropole gothique propre aux films de Burton ou à la série animée des années 90. C'est une grande ville d'aujourd'hui, avec son centre d'affaire, ses buildings, ses rues sales. 

 

En filigrane, le réalisateur livre une vision pessimiste du monde actuel, en proie à la corruption des élites, à l’accroissement de la misère, à la peur du terrorisme. Il contrebalance cela par une sorte de mise en scène de revanche sur le 11-Septembre : si l'on admet que Bane représente tout ce que les Américains détestent (un leader marxiste doublé d'un terroriste à la Ben Laden), sa mort est comme une catharsis collective, une manière pour le public de gagner en imagination la guerre contre le terorrisme (pour la première fois, Batman ne se bat plus seul, c'est toute la population qui se soulève courageusement). 

Enfin, ce film est un peu un "Nolan Rises" : ce dernier veut s'élever au statut de grand réalisateur, mais il se heurte au plafond de verre qui pèse sur les films de super-héros. Il n'est pas encore Kubrick ni Michael Mann. Et à trop se prendre au sérieux, il oublie parfois qu'il fait du divertissement grand public de qualité, et qu'un peu d'humour ne nuit jamais.

The Dark Knight Rises n'est pas une conclusion entièrement réussie à la trilogie. Le film est plombé par plusieurs défauts mais tout de même très plaisant. Admettons-le, on n'aurait pas envie d'être aussi critique si le réalisateur n'était pas aussi talentueux... « Kid, if there’s the Batman tonight, you’re in for some show ! »

commentaires

Haut de page