Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Matrix Reloaded

20 Novembre 2015, 11:17

(2002, de Larry et Andy Wachowski)

(2002, de Larry et Andy Wachowski)

Blabla, blabla, et encore blabla, pendant deux heures. C'est à peu près comme cela que je serais tenté de résumer Matrix Reloaded. Une bonne intrigue est gâchée par de très mauvais choix de réalisation. L'idée de compte à rebours est très bien : Néo n'a que quelques heures pour empêcher l'inéluctable... et il se peut que par ces choix, ce soit lui qui provoque ce qu'il devait empêcher. Cette structure tragique est a priori intéressante.

 

Hélas, l'urgence dramatique de la situation est mal rendue. Au lieu de cela, l'intrigue traîne en longueur, à cause de scènes de dialogues inutiles et de combat sans suspens. La fameuse scène avec Lambert Wilson qui se délecte des insultes les plus obscènes de la langue française est tout simplement lourde. De plus, tout fait pour le coup artificiel : dès le début, on s'aperçoit que Neo est devenu quasiment invincible : les agents de la Matrix ne peuvent rien contre lui, il peut arrêter les balles dans les airs etc. (alors qu'il se faisait blesser dans la scène du 1 quand il se courbait à l'horizontale). Dès lors, à quoi bon encore se battre ? Il n'y a plus de suspens. C'est pourquoi la scène où Smith attaque avec ses dizaines de clones tombe à plat : on sait que c'est un combat inutile. A la fin, Néo s'envole et les pauvres Smith restent à se regarder, dépités.

 

La tentative de donner une profondeur à l'univers est elle aussi très peu convaincante (la scène avec l'Architecte, qui est censée approfondir la "mythologie" de la Matrice, est pour le moins confuse). Au total, le seul bon moment est la poursuite sur l'autoroute : dix minutes d'action pure, où Trinity et Morpheus nous montrent tout ce qu'ils savent faire, bondir à moto et découper des voitures au katana ! Là on retrouve l'ambiance du premier ! Mais c'est tout de même peu... Et je passe sur le twist final, mal amené, incompréhensible, sauf pour ceux qui se creusent la tête à dire qu'en fait, il y a peut-être trois ou quatre niveaux de réalités etc. Le film ne vaut vraiment pas qu'on déploie des trésors d'imagination à lui trouver une cohérence parfaite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page